Art-Brut

Le terme Art Brut remonte à Jean Dubuffet, fondateur de la Compagnie de l'Art brut à Paris en 1947.

Il a ainsi ouvert les frontières du monde de l'art à "l'art des marginaux ", non sans souligner qu'il est fasciné par la puissance et l'effet de cet art. Il s'intéressait plutôt aux qualités sensuelles et esthétiques de l'expression artistique individuelle, telles qu'elles s'expriment dans les dessins de ces autodidactes, les créations des patients, les gribouillis des enfants, ou les dessins provenant de cultures dites primitives.

Le surréalisme, avec le poète et critique français André Breton en 1924, souligne le rôle de l'inconscient qui par le rêve devient source de création artistique. Ce développement a changé notre compréhension de l'art, et nous a aussi ouvert les yeux sur le potentiel thérapeutique de la création artistique.

L'Art-brut, expression directe et individuelle des images intérieures, avec ses processus de création, et les courants artistiques qui lui sont associés, forme une évolution de l'art au sein de la pratique thérapeutique et de son élaboration théorique.

Dans sa tradition, Jackson Pollock (1912-1956), en référence à Carl Gustav Jung, cherche dans la culture et la mythologie indiennes un point de départ pour l'expression de sa "peinture-action" inconsciente qu'il a développée après 1946 : "Quand je suis dans mon tableau, je ne sais pas ce que je fais."

Dans l'histoire de l'art plus récente, Joseph Beuys (1921-1986) a dit "L'art est thérapie " son concept élargi d'art social renvoie la pratique artistique à la réalité politique et sociale : point de référence direct pour une pratique artistique thérapeutique.